L'église

L'église

L’église primitive remonte aux premiers chrétiens, tout porte à croire qu’elle s’élevait quasiment à l’emplacement actuel au centre du village. L’édifice subit de nombreuses modifications au fil des siècles, aux 13°/14° siècle il est de style roman et on y accède par deux marches en descente, les murs sont épais et les fenêtres petites, la tour était à l’intérieur.
 
Un autel fixe en pierre adossé au chevet du chœur selon l’usage ancien représente le christ en croix. Une fenêtre à plein cintre éclaire le dessus et il est revêtu d’une boiserie dont la face centrale grossièrement sculptée se voyait sous le tableau représentant Saint Loup.
 
Au 17° la population plus nombreuse demande une construction hors du village, projet qui faute de financement n’abouti pas.
La voûte en pierre date de 1620 par ordre de Charles de Lorraine évêque de Verdun. La chapelle est dédiée à la vierge SAINT ANDRE .
 
Lors de l’organisation de la confrérie de SAINT ISIDORE en 1628, l’autel est dédié à ce nouveau patron.
 
En 1786 l’ Abbé MINEL originaire de Bar le Duc curé de Charny depuis 1785 achète un autel de marbre.
 
L’arcade du chœur semblable à celle de la tour est élargie et rehaussée en 1788. Après la révolution, Saint Nicolas remplace Saint Isidore dont la statue en bois est placée dans l’abside au dessus de la fenêtre romane.
Dans le socle de la statue de Saint Isidore se trouvait incrusté un médaillon en cuivre argenté renfermant les reliques du saint.
 
En 1793 le citoyen Louis PERIDON ex sergent de la prévôté de Charny, terrorise et perquisitionne chez l’habitant, il fait fermer l’église, après avoir enlever les vases sacrés et objets précieux et fait brûler les statues. Il démoli le maître autel, vends le linge et les ornements. Les croix et pierres provenant du signe de la chrétienté sont donné en salaire au citoyen Sébastien Louis HUSSON qui avait descendu la croix du clocher. L’autel de l’Abbé MINEL est racheté et rétabli en 1807 (à noter que les bombardements de 1916 l’ont épargné !).
 
Une tradition orale rapporte qu’une jeune fille du nom de COLIN parvint à cacher la statue de la vierge en la cachant chez elle.
En 1802 la statue est réinstallée.
Dans le socle de la statue de Saint Isidore se trouvait incrusté un médaillon en cuivre argenté renfermant les reliques du saint.
 
Une tradition orale rapporte qu’une jeune fille du nom de COLIN parvint à cacher la statue de la vierge en la cachant chez elle.
En 1802 la statue est réinstallée.
  
Remaniée en 1857, les fenêtres de plein cintre sont agrandies, le chœur revêtu de boiseries est extérieurement soutenu par quatre contreforts renforçant les murs de l’abside.
 
En 1868 le clocher est frappé par la foudre.
 
En 1916 Les ravages de la bataille de Verdun ont eu raison de notre église.
Lors de la reconstruction du village en 1918, les restes des murs de clôture du cimetière entourant l'église sont détruits et en 1933 l'église actuelle est bâtie en partie sur l'ancien cimetière et l'emplacement de la remise de la maison de l'instituteur.
 Sources Archives René GRATEAUX, Pouillé du diocèse Verdunois, site mémorialgenweb,  charny-sur-meuse.fr la vierge au sourire triste, saint Loup