Serment de Paix

12  JUILLET  1936

Intense activité à Charny

                      le serment de la Paix va être signé

En ces temps de commémoration du centième anniversaire de la Bataille de Verdun,

                            rappelons nous du vingtième !

 

   Imaginez des milliers d' anciens combattants représentant 16 pays, devant les 15 000 tombes de l'ossuaire qui jurent de garder la paix,

impressionnant !

Des cantonnements gigantesques, de vastes tentes sur près de 40 000m2, sont destinées à l'hébergement à VERDUN THIERVILLE Textile, et sur l'hippodrome de Charny.

C'est sur ce champ de course que les répétitions s'organisent sous une pluie continue qui détrempe le sol.

le camp aménagé sur l'ancien champ de courses de Verdun des pancartes portant le nom des différentes provinces françaises indiquaient aux délégations la tente qu'elles devaient occuper pour passer la nuit. Anciens combattants portant une petite boite contenant les vivres qui leur ont été distribuées dans le camp aménagé pour les recevoir à Verdun

Samedi 11 juillet, le flambeau de Verdun allumé à l'Arc de Triomphe par Mr RIVIERE Ministre des pensions, a été déposé devant le monument aux morts de REIMS, en présence de Mr Paul MARCHANDEAU Député Maire et veillé toute la nuit par des anciens combattants.

après la nuit de veille sacrée, les pélerins viennent se ravitailler en café chaud

à la cuisine roulante

            Dimanche 12, à midi, le flambeau part à BAR LE DUC, puis en suivant l'historique VOIE SACREE pour VERDUN où il arrive à 16h au cimetière national du Faubourg pavé.

            Devant les personnalités : Mr RIVIERE Ministre, Mr PLANCHE Député, Mr NATATELLI Préfet de la Meuse, Mr THIBAULT Député Maire,

Mr MAILLARD Sous Préfet et le Général RIVIERE Gouverneur de Verdun,

une veuve de guerre, une mère, un enfant et un grand blessé ont transmis la flamme symbolique à quatre torchères encadrant le monument des sept soldats inconnus.

près des tombes des sept soldats inconnus, Mr André RIVIERE ministre des pensions, allume à la flamme sacrée apportée de Paris, les torches que tiennent une veuve de guerre et un orphelin.

Une foule considérable assiste à la cérémonie.

A 20h30 sur le plateau de Douaumont, dans le crépuscule,

VINGT ANS après , VERDUN la sonnerie du "cessez le feu" , devant les quatorze mille morts du cimetière de Douaumont, des milliers d'anciens combattants venus d' Europe et de diverses parties du monde prononcent chacun dans leur langue le serment suivant :

" parce que ceux qui reposent ici et ailleurs ne sont entrés dans la paix des morts que pour fonder la paix des vivants, et parce qu'il nous serait sacrilège d'admettre désormais ce que les morts ont détesté : la paix que nous devons à leur sacrifice, nous jurons de la sauvegarder et de la vouloir ".

Le bourdon résonne et deux coups de canon ponctuent la cérémonie, tandis qu'une escadrille militaire passe à la verticale du cimetière pour exprimer , par le jet de fusées, le salut de l'Armée de l'Air aux morts de la Grande Guerre.

Un concert donné à la salle Pleyel à Paris, retransmis par radio diffusion clôture la soirée.

Par la route des carrières et le village de Bras, les anciens combattants rejoignent en autocars leurs cantonnements de Thierville textile et de l'hippodrome de Charny.

 

emplacement de l'ancien hippodrome/ancien terrain d'aviation

sources

le petit dauphinois du 14 07 1936 / l'Illustration n°4872 / chamois.canalblog.com / le bulletin meusien du 18 07 1936 / gallica.fr /

Merci à Mr Roland GERARD qui m'a raconté ses souvenirs.